Réunion publique du 17 janvier

170 personnes ont échangé avec sincérité et respect… Beaucaire avance 🤗

Chers amis

A la suite des élections municipales de 2014, qui ont vu un candidat remporter le scrutin avec un score inférieur à 40%, plusieurs personnes, je dirais même plusieurs personnalités Beaucairoises, se sont réunies afin de composer et proposer un projet d’avenir pour la ville.

Pourquoi se réunir sous une même bannière ? Tout d’abord, pourquoi pas !

Les beaucairois ont-ils vraiment besoin de se distinguer politiquement pour monter des listes aux élections municipales ?

Aujourd’hui, et depuis maintenant 3 ans, une nouvelle génération de beaucairois a décidé de balayer tout ce passé d’un revers de la main.

Nous avons donc décidé de nous voir, de nous parler, de nous connaître, pour l’intérêt général de notre ville.

Très vite nous avons compris que ce qui pourrait faire notre force serait l’union, jouer collectif, débattre, discuter.
Notre seul objectif n’est pas de gagner la ville, mais de FAIRE gagner Beaucaire.

Naturellement, des liens très forts se sont créés entre nous. A présent, on n’est même plus sur une question d’alliance, mais d’un groupe qui vît très bien ensemble.
On nous prédisait un mariage forcé entre la carpe et le lapin, on a entendu parler de vieilles recettes politiciennes. On ne se sent pas visé, cela ne nous concerne pas.

Nous pensons juste que nous sommes des personnes intelligentes, bienveillantes.

Nous avons appelé notre association et notre liste « Unis Pour Beaucaire » car cela résume toute notre histoire.
Oui nous sommes « Unis », plus que jamais.
Et « Pour Beaucaire », car notre ambition est de faire resplendir notre ville et ses habitants.

Une fois cette première démarche accomplie, nous avons travaillé. Nous avons appelé au rassemblement général, à l’union sacrée, afin que chacun puisse proposer une idée, une direction à prendre, un projet de développement.

A partir de différents constats, nous avons construit une vision globale du Beaucaire que nous désirons.
Cette vision, c’est en quelque sorte le programme que nous allons vous distribuer dans les prochains jours.
Je dis en quelque sorte car on ne peut pas tout mettre dans un programme.
Dans un programme, on écrit qu’on va construire une école ou un rond-point. On écrit qu’on va apporter un service de plus à la jeunesse par exemple, à la sécurité, à la propreté.

Et, ce que l’on n’écrit pas dans le programme c’est toute la réflexion qu’il y a autour de chaque projet.

Quel en est le but ?
Pourquoi privilégier un service plutôt qu’un autre ?
Comment va-t-on financer les promesses ?
Quelles démarches nous allons mettre en place pour y parvenir ?
Quelle vision à long terme nous avons de notre ville ?

Proposer un programme pour les 6 prochaines années, c’est le sujet imposé par le format de cette élection, mais croyez moi que la frustration d’UPB est palpable, car nous avons une vision globale de ce que nous voulons pour nous, nos enfants et petits-enfants.

Installer définitivement et durablement Beaucaire dans le 21ème siècle, voilà notre ambition.

Nous avons défini des thèmes de campagne intitulés sport, jeunesse, social, sécurité, commerce, scolaire, etc…
Et dans chaque thème, il faut lire entre les lignes que tous nos projets seront résolument tournés vers l’avenir, la protection de l’environnement, le développement durable, l’éco-responsabilité.
Nous pensons circuits courts, agriculture bio, artisanat, développement numérique, développement économique.

Nous l’avons déjà abordé lors de nos précédentes prises de parole publiques, mais notre priorité sera de consulter, à chaque fois que cela sera possible, la population, par l’intermédiaire de commissions extra-municipales.
Ces commissions seront composées de beaucairoises et beaucairois volontaires, qui se sentiront concernés par les dossiers que nous porterons.
Cette démocratie participative nous tient vraiment à cœur. C’est le fil conducteur de la politique que nous voulons mettre en place.
Nous voulons privilégier le vivre ensemble, l’harmonie, le bien-être.

Nous activerons des relations privilégiées avec les partenaires sociaux, économiques et politiques. C’est LA solution à nos problèmes.

La mairie, et les municipalités en général, ont des compétences limitées à certains services quotidiens, comme les écoles, la police de proximité, l’urbanisme de base, l’animation du tissu associatif, l’administration, l’entretien des espaces communaux, qu’il faut bien évidement assurer, au plus juste et en toute transparence.

Dès qu’on aborde la partie économie, commerce, emplois, on change de catégorie et un maire se retrouve face à un conseil communautaire, un président de département ou un président de région.
Comment peut-on alors s’imaginer qu’un maire peut faire évoluer la ville dans laquelle il a été élu pour représenter ses habitants, en invectivant et méprisant à longueur de temps, ces partenaires indispensables ?

Le département et la région disposent de leviers économiques non négligeables. Il faut aller les chercher !

Le centre-ville de Beaucaire souffre depuis des années.
Nous avons un déficit d’image, nous avons des tristes records en termes de chômage et de précarité, nous avons des logements insalubres, des écoles quasiment en ruine. La création d’emplois à Beaucaire est insignifiante.

Que s’est-il passé à Beaucaire depuis 2014 ?
A quoi a servi le maire ?
A quoi servent ses élus ? Ont-ils leur mot à dire ?
Qu’y a-t-il de plus ou de mieux à Beaucaire aujourd’hui par rapport à 2014 ?
A-t-on construit des équipements structurants ?
Avons-nous fait des efforts en termes de développement durable et de transition énergétique ?
Le chômage a-t-il baissé ?
Le sentiment d’insécurité a-t-il changé ?
Le commerce s’est-il développé ?
Circule-t-on mieux en voiture ?
Mange-t-on mieux dans les cantines scolaires ?
Vous vous souvenez de l’abattage médiatique pour le marché hebdomadaire, vous voyez une différence avec le marché que nous connaissons tous depuis des années ?

On dit quelquefois que pour la plèbe il faut du pain et des jeux, mais même là, cela laisse à désirer.
Les Estivales ont la même formule depuis des années.
Les beaux quais se meurent.
La foire de l’Ascension, à part bloquer la ville la veille au soir, rien n’a changé.
Les saisons taurines se succèdent dans nos arènes, sans panache, mais avec un prestataire extérieur qu’il faut grassement payer.

Puisque je parle d’argent, je vais également aborder le sujet des finances de la ville.
Chronologiquement parlant, vous vous souvenez tous qu’à Beaucaire, au début du mandat, les impôts locaux ont baissé. Du moins, il ne faut pas se leurrer, ce sont les taxes qui ont baissé, de 0,29% pour la taxe d’habitation par exemple.
Pas 29%, pas 1%, mais 0,29%. Soit 2€90 pour quelqu’un qui payait 1000€.
Mais parallèlement à cela, vous avez pu remarquer une hausse du prix des tickets de cantine, du centre aéré, des repas portés aux personnes âgées et même la création des garderies municipales payantes après l’école.
Bref, beaucoup de communication sur les petites baisses d’impôts mais rien sur les hausses vertigineuses des différents tarifs des services municipaux.

Nous ne voulons plus de tout cela, nous ne voulons plus que les employés de mairie aient la boule au ventre.
Nous ne voulons plus être pointés du doigt si nous ne pensons pas comme le maire. Nous ne voulons plus de cette ambiance de méfiance et de mépris.
Nous ne voulons plus que Beaucaire soit endormie et esseulée.

Nous avons la ferme volonté d’embarquer la ville dans une spirale dynamique, de croissance économique et sociale.
Nous voulons une ville où il fait bon vivre et se retrouver où et quand bon nous semble.
Nous voulons un tissu associatif porteur d’ambitions innovantes et rassembleuses.

Pour ce faire, nous allons commencer par la base et notamment un secteur que je connais bien : l’école.
LE projet du mandat c’est de construire une école à Beaucaire, de préférence en centre-ville. Une école neuve, une école qui fait envie aux enfants, aux parents, aux équipes pédagogiques. Une école porteuse d’espoir, une école innovante.
Sans être aux manettes, il est difficile pour nous de vous proposer un dossier bouclé. Nous avons plusieurs pistes de réflexion et d’idées. Quand nous serons à la mairie nous étudierons tout cela car nous aurons toutes les informations nécessaires à notre disposition. Et nous pourrons faire des propositions concrètes très rapidement avec le vif espoir d’accueillir les premiers petits élèves avant la fin du mandat.

C’est un peu comme un sujet sur lequel nous avons déjà communiqué, c’est la construction du rond-point sur la rocade à hauteur du chemin Roc des Mourgues. Nous savons que c’est une histoire qui mêle à la fois le foncier et la politique. L’engagement que nous prenons est de débloquer ce dossier, car ce n’est qu’une question de volonté entre la mairie et le département.

Nous avons également un accord de principe avec un promoteur pour l’aménagement d’un complexe de divertissement cinématographique. Ce ne sera pas un cinéma municipal, donc nous n’engagerons pas, financièrement parlant, la commune. Ce seront des fonds privés et nous serons un partenaire attentif et intéressé pour le développement de ce service qui donnera une image positive et attractive de la ville.

Nous savons également que les beaucairois sont préoccupés par la propreté et la sécurité de leur ville, de leurs quartiers.

Grâce aux fameuses commissions extra-municipales, nous saurons quelles sont les attentes de chaque beaucairois en ce qui concerne le ramassage des ordures ménagères et nous nous adapterons en conséquence. Il y a des solutions accessibles, nous les mettrons en place.

Pour la sécurité, malgré l’augmentation conséquente des effectifs de police municipale, nous pensons que leur mission n’est pas efficace. Il y a une relation étroite existante avec la police nationale, qui elle, est en sous-effectif.
Notre rôle sera dans un premier temps d’être convaincant auprès des services de l’État afin que celle-ci puisse être à 100% opérationnelle dans ses propres prérogatives, pour que notre Police Municipale puisse accomplir la tâche qui lui incombe, à savoir garantir une sécurité de proximité auprès des administrés.

Je ne peux malheureusement pas égrainer, point par point, tout le programme que nous avons construit. Cela prendrait trop de temps.
Je vous invite à rester attentif aux réseaux sociaux et à vérifier régulièrement votre boîte aux lettres.
Nous allons distribuer des tracts programmatiques dans les jours et les semaines qui viennent, jusqu’à l’échéance du 15 mars.
Nous avons tenu à ce que ces programmes soient imprimés sur du papier recyclé, nous sommes écoresponsables. Penser à l’avenir commence par la plus insignifiante des décisions.

Pour faire gagner Beaucaire, nous avons dessiné une liste de personnes, reconnues, volontaires, représentatives, compétentes. Il a fallu faire des choix, parfois simples, parfois compliqués. Car UPB c’est beaucoup de monde pour seulement 33 places.

Ce soir nous allons vous présenter 20 colistiers.
Pourquoi 20 ?
Tout simplement parce que nous pensons que jusqu’au dernier moment nous avons l’obligation de garder la possibilité d’intégrer quelqu’un dans la liste.
C’est un devoir. UPB n’a pas le monopole des idées.

Si UPB m’a choisi pour être tête de liste, c’est qu’il fallait un leader, un capitaine. Mais à aucun moment il n’a été question de désigner un chef.
Et c’est tous ensemble que nous avons composé la liste de ces 20 noms.
Cette liste a été validée par l’ensemble des membres de l’association.
Nous avons organisé un vote, chacun a pu donner sa vision des choses. C’est notre mode de fonctionnement et donc cette liste n’a pas été désignée, mais plébiscitée.

Je vais les appeler et vous les présenter

1 Pascale NOAILLES DUPLISSY
2 Dominique PIERRE
3 Jacquie LE SPEGAGNE
4 Luc PERRIN
5 Françoise SELLEM
6 Christophe ANDRÉ
7 Myriam EL FOULANI
8 Alain CASTELLANI
9 Cristelle HUGOUNENQ
10 Rémy VIDAL
11 Agnès KAVCIYAN
12 Mickaël MANON
13 Agnès POINSIGNON GRAO
14 Nicolas POZZOLINI
15 Christelle CHAZARD
16 Herminio CAMBLOR
17Audrey CORRIAS
18 Adil ECHARIF
19 Anne SARRAMEGNA
20 Ludovic DUPLISSY

Je voudrais terminer mon propos en vous disant que la victoire est possible, et surtout si nous y croyons et si nous mettons tous les atouts de notre côté.

Dans un premier temps, les élections municipales auront lieu les dimanches 15 et 22 mars 2020.
Si parmi les gens que vous connaissez, au fur et à mesure que la date approche, vous vous rendez compte que ce jour-là, ils seront en vacances ou hospitalisés ou en déplacement professionnel, faites leur faire une procuration.
Le 15 mars à Beaucaire, plus de 2500 personnes n’iront pas voter.
A nous tous ici, de faire en sorte que ce chiffre diminue.
Chaque procuration comptera à la fin.
Le résultat final risque d’être très serré.
Attention ! Une seule procuration par personne, vous ne pouvez voter que pour une seule personne et il est possible de faire les démarches à l’avance et pour les 2 tours. Pour cela il faut que la personne qui ne peut pas voter, aille au commissariat le plus proche et désigne la personne qui va voter à sa place.

Ensuite, installer la confiance parmi nos sympathisants et nos potentiels électeurs est primordial, car y croire, c’est déjà une première victoire. Y croire c’est créer un engouement positif autour d’UPB.
Nous devons être déterminants dans le fait que nous allons gagner tous ensemble. Cette énergie de confiance en soi, en nous, doit prendre le dessus.
A nous d’être convaincants, à nous de donner envie.
A vous tous de transmettre cette conviction.

Nous gagnerons parce que notre liste est une addition de compétences, parce que nous connaissons Beaucaire et les beaucairois, parce que notre programme est à la fois proche des gens et ambitieux.
Nous gagnerons tout simplement parce que les résultats de toutes les dernières élections depuis 2014 montrent que les additions font la différence au contraire des divisions.

Enfin, je voudrais juste vous dire que je suis très fière et très heureuse de vivre cette aventure exceptionnelle. Nous prenons un plaisir immense à nous retrouver régulièrement depuis 3 ans. L’ambiance est parfaite.
Nous sommes parfois très studieux, parfois dissipés.
On va dire que le navire qui était à quai jusqu’à présent, va prendre la mer, l’armature est solide, montez à bord, on va faire un beau voyage tous ensemble.

Je vous remercie